FR | DE
ombre gauche

Edito 02/2014

Intransigeants représen­tants de la population

Récemment, la presse a publié de nombreux articles sur les débats relatifs à la révision de la loi sur les produits thérapeutiques. Il a été question d’un «lobbyisme pur et dur». A la lecture de ces articles, nous avons appris que les caisses maladies, les pharmaciens et l’industrie pharmaceutique étaient «intransigeants». Personne n’a parlé des patients. Excusez-moi, je m’exprime mal. En fait, les «intransigeants» ne sont ni les caisses maladies, ni les pharmaciens, ni même l’industrie pharmaceutique, mais leurs représentants au Parlement. Peu avant les élections, ils se présentent généralement comme des «représentants de la population». Bien, nous pourrions argumenter en ce sens en disant que la population est également représentée dans l’industrie pharmaceutique. Ce qui en principe est exact dès que l’un de nos compatriotes détient quelques actions dans une entreprise pharmaceutique. Mais je ne suis pas convaincu que le terme «représentant de la population» s’applique réellement en de telles circonstances. En revanche, je suis convaincu d’autre chose: quelle que soit la loi, les patients sont perdus s’ils ne veillent pas à défendre leurs intérêts, s’ils ne s’organisent pas pour protester en temps utiles et demander un référendum. L’association de patients Pro Chiropratique défend les droits des patients. Rejoignez-nous, la contribution ne s’élève qu’à quelques francs. Nous nous engageons pour défendre vos intérêts avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’il ne vous reste qu’une alternative, celle de serrer les dents en disant «Si seulement!»

Ernst Kistler, Dr en droit,
Président de l’association de patients Pro Chiropratique

ombre droite