FR | DE
ombre gauche

<< Retour aux articles

La vie au quotidien

Moins vulnérable face à une hernie discale

Il est possible de soulager soi-même certaines douleurs dorsales.

Les douleurs dorsales connaissent d’innombrables origines. Une ou plusieurs articulations vertébrales peuvent être touchées par l’arthrose et présenter une usure ou une inflammation: les douleurs irradient dans la musculature, les muscles se contractent et surchargent les articulations, provoquant ainsi de nouvelles douleurs. Le mal de dos est parfois la conséquence d’un trouble localisé dans une autre région corporelle, par exemple un déséquilibre dans la région des hanches: la musculature du dos est surchargée ou affaiblie et n’est plus en mesure de protéger et soutenir efficacement les articulations de la colonne vertébrale. Des maladies, par exemple une déminéralisation osseuse, peuvent aussi perturber les fonctions de la colonne vertébrale. D’autres douleurs vertébrales – connues et redoutées sous le terme de «hernie discale» – sont provoquées par un disque intervertébral déformé qui exerce une trop forte pression sur une racine nerveuse.

Les origines d’une hernie discale
Les vertèbres se composent du corps de la vertèbre et de différents éléments relativement complexes. Les corps vertébraux constituent la colonne vertébrale qui supporte le poids corporel et maintient le corps dans une position verticale. Avec les arcs vertébraux, ils forment le canal rachidien qui renferme la moelle épinière. Muscles, tendons et ligaments se réunissent aux vertèbres pour assurer la stabilité et la flexibilité de l’ensemble.

Entre les corps vertébraux se trouvent les disques intervertébraux qui donnent sa souplesse à la colonne vertébrale et servent d’amortisseurs en cas de choc. Ils sont composés de deux éléments: un noyau central gélatineux entouré d’un anneau fibreux, très élastique au cours des premières années de la vie. Au fil du temps, les disques intervertébraux s’aplatissent, réduisant ainsi l’espace entre les différentes vertèbres. Les chocs et les heurts sont nettement moins amortis. Une hernie discale se produit lorsqu’un disque s’affaiblit, se fissure ou se rompt et qu’une partie du noyau gélatineux fait irruption.

Chaud ou froid?
La règle d’or: appliquez toujours d’abord une poche froide si vous souffrez de douleurs musculaires et articulaires aiguës, car les inflammations ne doivent jamais être traitées par la chaleur. Le froid – éviter tout contact direct avec la peau! – apaise les douleurs et améliore le processus de guérison des foulures, entorses, etc. L’application de chaleur soulage les troubles musculaires non inflammatoires et des douleurs articulaires provoquées par l’usure.

Les conséquences d’une hernie discale
Ce débordement du disque intervertébral peut alors provoquer la compression des racines nerveuses émergeant de
la moelle épinière. Les douleurs irradient dans d’autres régions, principalement dans les jambes (sciatique) ou les bras. En outre, le disque intervertébral détérioré est nettement plus plat qu’à l’état sain et favorise un rapprochement des vertèbres.

Les structures vertébrales et les régions
voisines subissent une surcharge unilatérale qui irrite les tendons et les articulations, la musculature se contracte et provoque des douleurs. Sous l’effet de ces douleurs, les muscles se crispent davantage, augmentant encore la pression exercée sur les articulations et créant ainsi un véritable cercle vicieux.

Un peu d’exercice pour décharger
la colonne vertébrale

Un principe directeur s’applique à toutes les douleurs vertébrales: effectuer des mouvements légers et fréquents, sans sollicitation excessive de la colonne vertébrale. Une position assise prolongée est défavorable: il est conseillé de se lever souvent pour effectuer quelques pas ou faire une promenade, en veillant à porter des chaussures solides, mais souples et confortables. Il est préférable de marcher sur l’herbe ou en forêt en évitant les descentes et les montées trop accentuées. Un exercice physique dans l’eau, comme l’aquajogging pratiqué sous la surveillance d’un spécialiste, est également bénéfique. Il convient toutefois d’éviter certains styles de natation qui surchargent le dos.

La prudence est de mise avec les exercices de gymnastique destinés à fortifier la musculature dorsale! Ils sont certes bénéfiques pour le dos, à condition qu’il soit en bonne santé. Lorsque les douleurs auront disparu, des exercices pour fortifier la musculature du tronc sont en revanche vivement conseillés, toujours sous la surveillance d’un spécialiste.

Une convalescence appropriée
Une période de repos après une phase douloureuse est importante, au même titre qu’une légère activité physique. S’allonger sur le côté, jambes repliées, ou sur le dos s’est avéré très bénéfique. Un coussin placé entre les jambes en position latérale maintient la colonne vertébrale dans une position encore plus détendue. Un cube en mousse peut être placé sous les cuisses pour décharger la colonne vertébrale en position couchée – le torse et les cuisses ainsi que les cuisses et les jambes forment un angle droit. Pour atténuer les douleurs, il est conseillé d’appliquer une compresse froide pendant quinze minutes au maximum, le cas échéant plusieurs fois par jour.

Un canapé moelleux n’est guère indiqué pour soulager les douleurs. Un matelas de bonne qualité maintenant la colonne vertébrale dans une position naturelle est nettement plus approprié. La position couchée soulage car elle décharge temporairement la colonne vertébrale, mais un alitement prolongé peut aggraver le mal de dos. Se lever au cours de la nuit pour faire quelques pas permet souvent d’interrompre le cycle de la douleur.

L’alimentation contribue à la guérison
Une alimentation saine et équilibrée et un apport suffisant en liquides sont également déterminants. Il est important d’obtenir tous les jours suffisamment de vitamines, acides gras essentiels, minéraux et protéines, ces substances étant essentielles au corps pour réparer les structures blessées.

Les douleurs vertébrales aiguës sont extrêmement complexes et exigent une consultation chez un médecin ou un chiropraticien, même si une hernie discale n’exige pas toujours une intervention chirurgicale. Les analgésiques ne devraient pas être utilisés pendant plus de trois jours. Lorsque les douleurs irradient dans les bras ou les jambes et provoquent des faiblesses musculaires ou même des troubles sensoriels, des paralysies et une perte de contrôle des intestins et de la vessie, il faut agir sans tarder et consulter un médecin ou un chiropraticien pour éviter des troubles durables.

Héloise Léger

ombre droite