FR | DE
ombre gauche

<< Retour aux articles

Diagnostic

Hypermobile: un problème?

Ils glissent leur jambe derrière leur nuque et affichent un grand sourire. Ils sont debout, se penchent vers l'arrière et touchent le sol avec leurs mains. Nous les avons tous vus au cirque ou à la télévision. En les regardant, nous sommes frappés d'angoisse et de stupeur. Et nous nous demandons: est-ce vraiment sain?

Il existe un terme médical qui désigne le talent de ces hommes et de ces femmes qui se «désarticulent»: L'hyperlaxité, généralement appelée hypermobilité. Les limites sont relativement floues entre la mobilité et l'hypermobilité. Une personne très souple n'est pas hypermobile. L'hypermobilité est une amplitude excessive des mouvements articulaires et résulte de l'hyperextensibilité de la capsule articulaire.


Les causes de l'hypermobilité
Les ligaments maintiennent les articulations et limitent leur mobilité. Ils ont pour rôle de connecter les os les uns aux autres, mais aussi de participer à l'orientation des mouvements de l’os et de maintenir les surfaces articulaires en contact. Lorsque les ligaments sont distendus, les articulations peuvent se déplacer au-delà de leurs limites, ce qui a pour conséquence directe l'hypermobilité.

Test: êtes-vous hypermobiles?

Le «test de Beiqhton» permet de mesurer la mobilité articulaire.
Il comprend cinq exercices simples auxquels sont attribués des points.

Les paumes des mains touchent le sol lorsque les genoux sont tendus: 1 point
Hyperextensibilité des coudes 10°, à gauche et à droite: 1point par côté
Les pouces touchent l'avant-bras: 1point par côté
Hyperextensibilité de l'articulation de base du petit doigt à 90°: 1point par côté
Hyperextensibilité de l'articulation du genou de 10°: 1point par côté


Evaluation :
0-2 points = le sujet n’est pas hypermobile
3-4 points = le sujet est légèrement hypermobile
5 points = le sujet présente une hypermobilité généralisée
La distension ligamentaire peut être d'origine génétique, mais peut aussi être la conséquence d'une maladie. L'hypermobilité est par exemple typique en présence du syndrome d'Ehler-Danlos, du syndrome de Marfan ou de certaines formes d'arthrite rhumatoïde. A la suite d'un accident, un ligament peut aussi être distendu au point de provoquer une hypermobilité articulaire.

Le sport et les sollicitations excessives peuvent également être à l'origine de l'hypermobilité, surtout lorsque le sportif va au-delà du seuil de douleur. Dans des cas extrêmes (gymnastique artistique, haltérophilie, plongeon, saut à la perche et autres activités sportives intensives), des fractures peuvent se produire et entraîner un glissement vertébral, le glissement d'une vertèbre en avant de la vertèbre située en dessous d'elle. Les muscles chargés de maintenir l'articulation sont alors tellement sollicités qu'il y a distorsion, c'est-à-dire une déchirure microscopique, mais très douloureuse de la fibre musculaire.

Le revers de l'hypermobilité
Les personnes hypomobiles suscitent admiration et étonnement. L'hyper¬mobilité est un atout dans certaines disciplines sportives. Mais cette médaille a également un revers : plus une articulation se déplace au-delà de ses limites naturelles, plus importante sera la charge exercée sur les surfaces articulaires. Ces phénomènes sont à l'origine d'une usure plus rapide que la normale.

Conseils pour personnes hypermobiles
Les personnes hypermobiles doivent apprendre à évaluer avec précision leurs propres capacités afin de pouvoir adapter leur façon de vivre. Alors que les autres peuvent étirer leurs articulations dans la limite de leur amplitude maximale, les personnes hypermobiles devront s'arrêter juste avant que la douleur n'apparaisse ou ne s'accroisse de trop. Alors que leurs semblables font du stretching pour gagner en souplesse, les hypermobiles n'ont besoin que de quelques mouvements très légers pour s'étirer. Bandage et strapping peuvent s'avérer très utiles pour compenser le faible maintien des ligaments dans des activités sportives ou des tâches exigeantes : orthèses stabilisantes, chevillères, contentions adhésives pour les genoux et les coudes, minerve ou ceinture lombaire.

Les personnes hypermobiles doivent veiller à ne pas trop solliciter leurs articulations lorsqu'elles s'étirent.
Une activité sportive régulière accroît considérablement la force et l'endurance des muscles. Plus les ligaments sont fragiles, plus les muscles doivent exercer une fonction de soutien.
Lorsqu’une articulation est douloureuse après une sollicitation excessive, le meilleur remède est d'appliquer sur la zone concernée une poche de glace enveloppée dans un tissu sec pendant dix minutes. Il faudra également veiller à ne pas surcharger l'articulation blessée avant la disparition des douleurs.
Une alimentation équilibrée est elle aussi bénéfique pour les articulations: la vitamine C aide à renforcer les fibres de collagène des ligaments et des capsules articulaires; les acides gras Omega 3 et la vitamine E atténuent les inflammations au niveau des articulations; la vitamine D fortifie les os et les protège de l'usure.

Traitement ou pas?
Un traitement est vivement conseillé pour résorber les douleurs articulaires et musculaires qui se manifestent après une activité ou une tâche exigeante.

En règle générale, une articulation hypermobile n'est pas une articulation malade et ne demande pas de traite¬ment particulier. Dans les activités sportives, la vigilance et la prudence permettent toutefois d'éviter luxations et douleurs.

Pratiqué correctement, le traitement chiropratique d'une articulation hypermobile s'effectue toujours à l'aide de gestes minutieusement dosés et ne dépasse jamais les limites physiologiques de l'articulation. Le chiropraticien ne cherche pas à modifier les structures articulaires, mais à atténuer la douleur. Le traitement vise tout particulièrement la musculature fortement contractée par son rôle de soutien. L'objectif du chiropraticien est de résorber cette contracture (blocage) musculaire. Plusieurs séances peuvent être nécessaires pour soulager le patient.

ombre droite