FR | DE
ombre gauche

<< Retour aux articles

Diagnostic

Des compagnons fidèles très gênants

Pénibles, permanentes, mais inoffensives: les douleurs chroniques des muscles et parties molles.

Tête, dos, articulations, muscles: les douleurs chroniques inoffensives se manifestent surtout dans ces régions corporelles. Les thérapies diffèrent généralement de celles utilisées dans le traitement des maladies malignes. Ces thérapies sont souvent appliquées pendant de nombreuses années –et devraient donc comporter un minimum d’effets secondaires. Les thérapies non médicamenteuses comme la chiropratique, la physiothérapie et la gymnastique occupent un rôle central dans ce contexte.

Un trouble psychologique se traduit parfois par des symptômes physiques. De telles douleurs chroniques inoffensives s’estompent souvent lorsque le patient fait un travail approfondi sur lui-même, résout les conflits de la vie quotidienne et surmonte ses angoisses, ou apprend du moins àles gérer. Un suivi psychothérapique de soutien apporte souvent un grand soulagement.

Dans certains cas, l’origine des troubles n’est pas inquiétante, mais le processus douloureux perturbe gravement la qualité de vie. Le patient est contraint de prendre des antalgiques puissants pour résorber les douleurs chroniques, comme des douleurs intenses et persistantes après des interventions chirurgicales sur les disques intervertébraux.

Fibromyalgie
La fibromyalgie ou syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID) est une maladie caractérisée par des douleurs diffuses et multiples dans les parties molles. Aucune lésion organique n’est visible et les origines de la maladie et des douleurs demeurent mystérieuses. La fibromyalgie touche toutes les tranches d’âge, mais elle atteint surtout les femmes jeunes ou d’âge moyen.

La fibromyalgie se définit par des douleurs chroniques irradiantes localisées dans les parties molles de l’organisme, avec des points douloureux dans la région de la nuque et des épaules et dans celle du bassin. Les principaux symptômes dont se plaignent en outre les patients atteints de fibromyalgie sont une fatigue générale intense, un sommeil insuffisamment récupérateur, des raideurs matinales, des dépressions, des angoisses et des troubles digestifs. Les douleurs sont le plus intenses le matin et le soir, et certaines zones corporelles sont très sensibles au toucher. La fibromyalgie est une maladie incurable, qui se développe lentement et insidieusement sur plusieurs années.

Des préparations antirhumatismales qui ne sont pas à base de cortisone permettent de soulager les douleurs aiguës et d’atténuer les désagréables raideurs matinales. Certains patients répondent bien àune thérapie par le froid, d’autres à l’application de chaleur. En revanche, les médicaments àbase de cortisone et les analgésiques même puissants ne sont pas efficaces.

A long terme, le thérapeute tente en étroite collaboration avec son patient de repérer et d’éviter les facteurs d’entretien et de
renforcement externes, comme le stress et les efforts physiques. Il est également important que le patient sache que la fibromyalgie est une maladie non invalidante qui s’améliore par étapes au cours d’un long traitement, sans toutefois disparaître complètement.

Un suivi psychologique au cours du traitement apprend au patient àgérer ses douleurs, la physiothérapie soulage les douleurs avec des exercices de maintien et de mouvement. Le traitement chiropratique empêche la propagation de la douleur en résorbant les blocages au niveau de la colonne vertébrale.

Syndrome myofascial douloureux
Contrairement àlafibromyalgie, la douleur se situe et se maintient dans un ou quelques muscles d’une région corporelle. De petits nœuds musculaires locaux et douloureux nommés points trigger apparaissent dans les muscles concernés. Ces points sont très sensibles à la pression et engendrent des douleurs qui peuvent irradier dans d’autres parties du corps. Chaque muscle possède sa zone de projection de la douleur. Le muscle atteint se raccourcit et limite la mobilité du patient.

Le syndrome myofascial douloureux paraît aussi jouer un rôle dans les douleurs post-traumatiques, par exemple après une distorsion de la colonne cervicale, et les douleurs qui apparaissent dans la région des fesses, du bas du dos et de la musculature de mastication. La maladie peut se manifester pendant de nombreuses années, mais les pronostics sont plus favorables que pour la fibromyalgie.

Des étirements passifs et actifs permettent de rétablir la longueur normale des fibres musculaires, de relâcher la contraction musculaire provoquée par les points trigger et de soulager les douleurs. Les postures défavorables et les mouvements monotones et répétitifs favorisent l’apparition des douleurs myofasciales et la formation des points trigger. Une position naturelle du corps et un aménagement ergonomique du poste de travail, au bureau par exemple où la disposition du clavier, de l’écran et de la souris, sont indispensables.

Au cours de sa thérapie des points trigger, le chiropraticien applique un spray réfrigérant pour désensibiliser les nœuds musculaires et la zone de projection de la douleur, passe doucement ses mains sur le muscle refroidi avant de pratiquer un étirement passif –donc sans la participation du patient –jusqu’à l’apparition de la douleur caractéristique. Les injections de sérum physiologique et les traitements antalgiques locaux se sont avérés efficaces.

Le maintien de la mobilité est essentiel: les douleurs chroniques inoffensives ne doivent pas inciter un patient à adopter une posture de ménagement ou le contraindre à l’inactivité, car ce serait créer un véritable cercle vicieux de la douleur. Le chiropraticien fournit des
conseils avisés et explique à ses patients comment éviter les douleurs dans la vie quotidienne et maintenir la mobilité de l’appareil locomoteur malgré des douleurs chroniques.

Pietro Botter

ombre droite